Se lancer à corps perdu dans le sport, ce n’est pas rien. En effet, cela demande parfois un peu de temps mais surtout une volonté de fer quand on souhaite soit perdre beaucoup de poids, soit sculpter un corps très tonic.

En me lançant dans mes diverses activités sportives et étant un peu attentive à ce qui se passait dans le milieu du fitness, j’ai très régulièrement vu des avant/après postés sur les réseaux sociaux. Je ne sais pas vous mais je suis toujours étonnée du nombre de nanas qui font des avant/après quand elles se mettent au sport. Mais pourquoi faire ça, pourquoi se mettre en maillot de bain devant un miroir quand on n’est pas en harmonie avec son corps ? J’ai donc souhaité me pencher sur cette habitude.

Avant de me donner à fond dans le sport, je ne voyais que de l’égocentrisme dans cette action mais au final, j’y ai trouvé de jolis messages de courage et une technique de motivation qui peut s’avérer redoutable !

1° Se regarder dans le miroir.

Souvent, le déclic part de là, le miroir est notre ennemi. On se croise un matin en vérifiant si on est bien habillé et on fait une moue boudeuse. On ne s’aime plus trop, on ne se reconnait plus… C’est la douche froide et on finit par éviter les miroirs, surtout ceux de la salle de bain.

Là, ça devient un problème, éviter son reflet, c’est fuir une part de soi. Dans ces avants/après, c’est ce discours avec le miroir se noue de nouveau. Vous n’avez plus peur de votre ennemi puisque simplement il n’en est plus un.

Alors certes, c’est dur de se mettre devant un miroir quand on n’est plus très fan de son reflet mais c’est pourtant quelque chose de bénéfique. En effet, ce poids vous le perdez sur la durée, vous allez confronter votre peur pour « l’avant » et l’effacer avec le « après ».

2° Être fier de ses efforts :

On n’a rien sans rien, donc pouvoir suivre l’évolution de la transformation de son corps est hyper bénéfique et encourageant.

Pour l’avoir vécu, quand on voit ses premiers muscles se dessiner là où avant il n’y avait rien, c’est canon comme sensation. On le sent sous nos mains quand on s’habille ou quand on fait du sport mais visuellement c’est assez difficile à quantifier cette évolution quand on n’a pas cette fameuse photo « d’avant ».

3° Voir son corps dans sa globalité :

Le comparatif servira aussi pour repérer votre morphologie et vous sentir encore « propriétaire » de votre corps. Si le sport sculpte et peut faire mincir, il est aussi vrai vous avez une forme de corps définie. Il y a des filles qui auront toujours des hanches malgré tous les efforts du monde, d’autres auront une poitrine développée, des bras très fins par rapport aux cuisses, bref, vous avez une morphologie. Dans cette quête du corps sportif, on ne doit jamais perdre de vue que certains petits éléments qu’on n’aime pas trop resteront toujours, cela ne veut pas dire que vos efforts n’ont pas payé. Eh oui, vous ne devez pas rester fixés sur ce que vous n’aimez pas mais plutôt sur la belle harmonie globale de votre corps. Avec ce avant/après, c’est tout un tableau que vous allez pouvoir observer et pas uniquement une simple partie de l’oeuvre.

Vous allez ainsi pouvoir

4° Apprendre à se connaitre, et à se reconnaître :

Je repense à cet utilisateur qui avait réalisé une petite vidéo à l’occasion du lancement de l’app Spearit en octobre dernier, et qui avait expliqué qu’il avait perdu 16 kg depuis qu’il était suivi par un coach. Ce type de métamorphose est à gérer aussi intellectuellement.

En gardant une image fixe du passé, vous pourrez visualiser votre travail et c’est chouette !

5° Entrer dans une communauté :

Évidemment, avec Spearit, vous n’êtes pas seuls, vous êtes accompagnés par votre coach mais j’ai pu voir que les avants/après apportait pas mal de soutien entre sportifs. En effet, que ce soit des hommes ou des femmes, tout le monde encourage tout le monde, tout le monde félicite tout le monde, c’est vraiment hyper mignon comme démarche. Alors, si vous avez peur de vous sentir un peu seul même avec votre coach, ne sous-estimez pas la force des communautés sur les réseaux sociaux.

Voilà, j’ai aimé me défaire de cet apriori moche que je me faisais de cette démarche. Que vous postiez ou non votre avant/après, pensez vraiment à le faire quand vous vous lancez à fond dans votre activité sportive, ça peut être d’un grand secours.

 

La Fille de La Com.